Ernest Bloch

Né le 24 juillet 1880 à Genève,  dans une famille juive non pratiquante, fils d’un horloger juif genevois et d’une pianiste de Hambourg, il apprend  le violon  auprès de Eugène Ysaÿe et  la composition avec  François Rasse à Bruxelles de 1897 à 1899, et poursuit ses études  en Allemagne à Francfort avec Iwan Knorr  (composition)

A 21 ans, il compose sa première symphonie. A partir de 1904,  il revient à Genéve  et travaille sur  son poème symphonique pour orchestre  Hiver Printemps puis sur des poèmes d’automne pour mezzo et piano

En 1904, Bloch  épouse Marguerite Schneider, jeune étudiante allemande musicienne avec laquelle il aura 3 enfants Ivan (en 1905), Suzanne (en 1907) et Lucienne (en 1909.)

En 1905 il se lie avec l’écrivain nationaliste juif Edmond Fleg. Alors que Bloch semblait s’être détourné  de  la culture juive, .cette rencontre  signe son  retour vers ses racines  Il puisera  d’ailleurs à maintes reprises son inspiration dans la Bible, à tel point qu il sera  souvent qualifié de  « chantre d’Israël » . Trop réductrice,  Bloch  refusera cette étiquette de compositeur juif  nationaliste toute sa vie.
En 1909, il compose  son unique opéra Macbeth qui sera  créé à Paris à l’opéra comique l’année suivante.  n’obtient pas le succès escompté.
Il devient professeur de composition à Neuchatel au conservatoire de  Genève . Pendant cette période,il dirige également des concerts symphoniques avec un grand succès à Lausanne et Neuchâtel.

self p pipe geneva 1916.jpg

Mais c’est l’ Amérique qui  rapidement va  reconnaitre  son talent . Il y débarque en 1916. Commencé avant son départ, il termine sa rhapsodie hébraïque pour violoncelle  » Schélomo »  ainsi qu’un Quatuor en si bémol mineur qui demeure une de ses œuvres les plus connues avec  la Symphonie no 2 « Israël » pour 5 voix solistes et orchestre (1912-1916).

En 1917 le succès de ses 3 poèmes juifs ( 1917) l’encouragent à rester. Il devient professeur à la Mannes School de New-York, puis directeur de l’Institut de Musique de Cleveland de 1920 à 1925 . C’est pendant cette période qu’il écrit  « Baal Schem « pour violon et orchestre ou violon et piano (1923) trois tabelaux de la vie hassiqique

En 1924, il compose son  Quintette avec piano et son premier  Concerto Grosso. Cette année là, il obtient la nationalité américaine puis est promu à  la tête du Conservatoire de San Francisco 1925 à 1930 et enfin professeur l’université de Berkeley . Il écrit pour le jeune Yehudi Menuhin  « Abodah », pour violon et piano (1décembre 1928 ) sur une mélodie de Yom Kippour.

Il passe ensuite une dizaine d’années en Suisse .  Il est venu s’y reposer  et renouer avec son pays natal.   C’est là  qu’il compose son  service sacré  » Avodath Hakodesh », pour baryton, chœur et orchestre  (1933)   et  Voix dans le désert pour orchestre avec violoncelle obligé (1936).

concert-la-grande-synagogue-de-paris.html

Yehudi Menuhin

En 1938, il écrit  son unique concerto pour violon.  Yehudi Menuhin insistera pour le  jouer à New York en hommage dit-il :  » Au grand compositeur malheureux et ignoré qui est très malade. « .

Mais  la montée de  l’antisémitisme et l’imminence de la guerre  le poussent à retourner en Amérique avec sa femme Marguerite. dès 1939 Profondément  affecté par ce qui se passe en Europe, il n’arrivera plus à composer pendant un certain temps.

De retour en Amérique ,  il y  dirige de nombreux concerts avant de d’obtenir un poste  à l’Université de Portland (Oregon).

L’été  1941, alors qu’il est en route pour l’université de Berkerley, il tombe sous le charme de la région d’Agate Beach dans l’Oregon, dont la végétation et l’air vivifiant des plages désertes. lui rappellent  brusquement la Suisse , à tel point qu’il  décide d’y acquérir une propriété et s’y installe.  C’est là qu’il trouve l’isolement nécessaire à la création loin des mondanités

De 1942 à 1952, il donne des master class à l’université de Bekerley  en Californie. En 1952 il  est nommé   professeur émérite de la musique par  cette même université.

Sa production d’œuvres pour orchestre, piano, musique de chambre et musique vocale est vaste.

Tout au long de sa vie, Bloch  a reçu des distinctions honorifiques : le Prix Elizabeth Sprague Coolidge pour sa suite pour violon alto (1919), il fut membre honoraire de l’Académie de Sainte Cécile  de Rome et obtint la médaille d’or par l’American Academy of Arts and Letters (1947) .

Si Bloch a connu  un grand succès de son vivant c’est surtout aux Etats-Unis, où il reste encore  aujourd’hui considéré encore comme un compositeur de talent, alors qu’en Europe ses œuvres sont quelque peu tombées  en disgrâce. Atteint d’un cancer il décède à le 15 juillet 1959

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s